Comment les start-ups et PME doivent-elles intégrer davantage les étudiants dans le monde du travail ?

On ne va pas se mentir, quand on demande à un étudiant “quelle est son entreprise préférée ?” Les réponses sont souvent les mêmes : Google, Airbus Groupe, Thales, L’oréal… Bref des structures qui sont implantées sur le marché depuis un long moment.

Intéressons-nous maintenant à un côté moins cité mais d’une importance égale, voir plus grande que celle des grandes entreprises. Les start-ups, les PME et les ETI. Beaucoup d’entre nous auront en tête le film américain “The Internship”, qui mettait en avant cette esprit start-up. Ambiance détendue, condition de travail optimale, cohésion salariale… on oublie presque que l’on est au travail.

Entre 2009 et 2015 lorsque les grands groupes détruisent des emplois, la seconde catégorie en a créé 433 900. La start-ups, structure économique disruptif, fait ses premiers pas en France comme un modèle économique innovant. Avec plus de 10 000 start-ups, en France, aujourd’hui, et une politique publique orientée vers ce type de groupement, l’intérêt devient grandissant, notamment pour les étudiants et jeunes diplômés.

52% des français se disent prêts à travailler pour une start-up. Comme dit plus haut, ce type de structure propose un environnement de travail nouveau, qu’on pourrait comparer à un rite de passage. Elle marque la transition idéale entre les années d’études et le monde du travail.

Il ne faut pas oublier que cet univers jeune et frais, demande beaucoup de sacrifice, que ce soit monétaire ou en terme de temps. A la différence des grandes entreprises où un jeune diplômé voir avoir un N+1, N+2, N+3… Dans les start-ups le lien entre les dirigeants et ses collaborateurs est direct. Si vous avez déjà rêvé de sauter sans parachute, vous avez trouvé votre place.

Oui les start-ups/PME font rêver de part leur organisation qui match avec cette nouvelle génération, qui fuit les costards et la Défense, mais n’oublions pas que c’est un écosystème complexe qui demande un dévouement quasi-complet. Il est donc important de trouver chaussures à ses pieds, que ce soit pour la structure ou l’étudiant. Un accompagnement dans la mise en relation de ces deux acteurs est nécessaires afin de combler les besoins de chacun. C’est pour cette raison que l’on voit émerger des plateformes répondant à ce marché de l’offre et de la demande d’emplois.

 

DIKEBELE Desty-logan

Fondateur d’E-Squad & Co

esquadandco@gmail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s