L’impact des associations étudiantes dans la vie d’un établissement supérieur

On les sent, on les voit, on les ressent, ce groupe élu qui est à la charge du BDE. Ce groupe de personnes « populaires » que tout le monde veut avoir pour ami. Les associations étudiantes ont toujours rythmé la vie étudiante. Que ce soit au moyen-âge, avec “les nations”, ou alors de nos jours avec des groupes puissants politisés.

Il faut faire une distinction, entre les associations étudiantes qui ont des prérogatives représentatives. D’un point de vue national, on parle ici de l’UNEF ou encore la FAGE, qui est récemment devenue le premier syndicat en France. Ceux là ont pour vocation à défendre les droits et intérêts matériels et moraux, tant collectifs que individuels, des étudiants. Et il y a les autres qui sont internes aux établissements de l’enseignement supérieur. Celles-là ont pour mission d’animer la vie étudiante en interne. Elles vont, entre autres, gérer les activités sportives, culturelles, et sociales.

Ces deux types “ d’asso “, ont pris une véritable importance dans le champs éducatif pour devenir des acteurs à part entière de la vie de l’enseignement supérieur. Tant dans leur gestion, qui demande une organisation digne d’une entreprise à but non-lucratif, que dans leur considération, où elles disposent d’élus au Centre national des œuvres universitaires et scolaires ou au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Au sein des écoles de commerce les associations étudiantes ont une grande importance, au point qu’un classement des meilleurs associations étudiantes de France est établit chaque année (voir le parisien etudiant). Elles se distinguent de par leur impact, innovation et professionnalisme. Souvent soutenues par un budget conséquent, elles peuvent offrir une vie interne rythmée et palpitante. Surtout, elles ne se limitent pas au cinq années d’études. Elles mettent en place un réseau d’entraide et de partage entre les anciens membres et les membres actuels. Comme on peut le voir dans un certains pays anglo-saxons.

L’apport social et sociétal d’une association n’est pas à négliger. Beaucoup s’impliquent dans des causes humanitaires ou environnementales. L’avantage d’intégrer une association étudiante permet d’être un membre à part entière d’un projet, mais aussi de développer ses soft skills, comme la gestion de réunion ou d’une équipe, sa capacité d’organisation, son inventivité…. Peu importe le rôle, l’étudiant devra devenir soit un bon commercial, soit un bon RH, soit un bon marketeur.

Le monde associatif permet de donner un sens à ses études, et de valoriser son parcours éducatif et personnel. On peut le voir avec des personnalités comme Claude Allègre, Jean- Christophe Cambadélis ou encore Jean Yves Le Drian.

Si vous hésitez, n’hésitez plus. Si vous avez l’occasion, saisissez la. Un projet professionnel se construit de différentes manières. Celles-ci vous permettra de vous accomplir à différents niveaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s