WEI ou ne pas WEI…?


Photo by Drew Farwell on Unsplash

« Un groupe de jeunes adultes se promène dans un petit bois alors que la nuit est encore forte. Souriants et amusés ils se filment jusqu’à ce que l’une d’eux brise le silence nocturne. En face d’eux un corps inanimé flotte à la surface d’un étang ».

Cette scène c’est le début de “WEI or DIE”, un film qui suit des étudiants pendant un week-end d’intégration.

Depuis quelques temps des scandales ont éclaté suite à des événements tragiques survenus pendant ces week-ends, que ce soit en France ou aux Etats-Unis, royaume “des assos”. Humiliation, décès, abus sexuel…. La liste est longue. Pour ceux qui ont vécu dans une grotte les 100 dernières années, un week-end d’intégration désigne le séjour ayant généralement lieu au début de l’année scolaire au cours duquel les élèves du BDE organisent l’intégration de la promotion entrante.

Bien sûr un WEI ne se limite pas à boire des grandes quantités d’alcool et à prendre des drogues. Les étudiants auront la chance de se défier via des compétitions sportives qui demandent un dépassement de soi-même, et qui ont, en effet, pour la plupart du temps d’avoir comme gages de consommer de l’alcool. Mais les WEi c’est plus que çela, ça permet de créer de véritable amitié autour de moment épique, des amitiés qui dureront sans doute toute une vie, et qu’on racontera à nos enfants et à nos petits-enfants autour du feu. Et quand ils nous demanderont des détails nous nous rappellerons que pour la plupart du temps ces moments étaient dictées par l’alcool.

Donc oui comme vous l’avez compris les WEI sont des moments très festifs mais aussi très contrôlés. Depuis Octobre 2018 une charte a été signée entre les représentants d’universités, de grandes écoles et d’associations étudiantes pour mieux encadrer ces soirées.

Fini l’époque des abus à tout va et des “Bizuts” réduits à l’état de sous larve, les étudiants ont le droit de dire “NON”. C’est incroyable qu’il ait fallu autant de temps pour comprendre la dangerosité et le traumatisme que cela pouvait engendrer sur la personne.

Attention ne voyez pas en moi un fervent opposant à ce type d’événement, au contraire, pour créer une certaine cohésion ce type de moment est nécessaire. La notion de rite d’initiation permet aux personnes de s’intégrer dans un groupe, de mieux se connaître, se comprendre, et aussi de mettre en place les prémices du réseautage.

Je suis un partisan du dicton “il faut que jeunesse se fasse”. Mais où se place la limite ? Peut-on considérer comme un abus un jeu consistant à lier au niveau de la cheville un étudiant de première et de deuxième année quand cela résulte en un accident violent ? Où, encore, des étudiants qui font le tour d’une église dénudés ?

Laissons la jeunesse etre jeune mais ne la laissons pas leur filer entre les doigts.

DIKEBELE Desty-logan

Fondateur d’E-Squad & Co

esquadandco@gmail.com

www.esquadandco.fr

https://www.facebook.com/esquadandco/?ref=bookmarks

https://twitter.com/EsquadC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s