MARCHE OU CREVE

6h du matin, Paul vient de finir sa sieste. Il a passé la nuit à essayer d’ingérer quelques informations. Au fond de lui il sait qu’il n’a sans doute rien retenu par manque de sommeil, mais il espère faire partie des 8200 étudiants en France qui passeront la première année de médecine.

Les témoignages sur la 1ère année sont assez horribles. Entre concurrence déloyale et quantité de travail pharaonique, beaucoup cèdent mentalement et physiquement.

Pour ceux qui ne le savent pas, le numerus clausus signifie “nombre fermé” en latin. C’est un système mis en place en 1972, qui s’appuie sur un concours, pour limiter le nombre d’étudiant pouvant accéder à une deuxième année de médecine. Aujourd’hui il est à hauteur de 8000 étudiants, mais il a atteint son taux le plus bas avec 3500 étudiants en 1992.

Ce système, devenu très vicieux, a poussé certains étudiants à s’inscrire dans des prépas hors de coût pour réussir leur année.

Revenons à notre sujet. Le gouvernement, à juste titre, a décidé de mettre fin à ce ce système abolissant une sélection drastique. À partir de l’année scolaire 2020 Le numerus clausus et les concours seront remplacés par un premier cycle commun d’une durée de trois ans, visant à orienter progressivement les étudiants dans les différentes filières de santé en fonction de leur choix et de leurs résultats scolaires.

Ainsi on verra moins d’étudiants à fort potentiel, se voir recaler car il leur a manqué 0,01 sur leur note finale

Mais attention ne pas confondre quantité et qualité. Il faut pas s’attendre à voir beaucoup plus d’étudiant être accepté. Il y a une réalité qui touche les structures et le bon encadrement qui est limité. Certaines universités pourront accueillir plus d’étudiants mais cela risque d’en concerner peu.

Ce changement de cap était obligatoire, mais il n’a aucun intérêt si les étudiants quittent les régions pauvres en personnel médical pour s’entasser dans les grandes villes.
Une première étape est atteinte, mais le médecin de demain doit, comme dans beaucoup de secteurs, répondre à une certaine polyvalence pluridisciplinaire.
Une adaptation du programme aux nouveaux environnements est donc nécessaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s